top of page

Roll Call Men

Public·48 Brothers
Daniel Hall
Daniel Hall

Photos De Sexe Petite Amie


Pam fut ma première petite amie réelle. Elle avait les cheveux longs, blonds, ondulés et un nez de lutin. Elle était pleine d'entrain et toujours semblait avoir une foule d'amis autour d'elle. Quel moment spécial quand j'ai montré la photo de Pam à ma famille. Il y avait bien des oh-là-là de mon père et mes frères ! J'avais sept ans.




Photos De Sexe Petite Amie



Vous arrive-t-il d'envoyer des photos de votre sexe? Ou d'en recevoir? En citant une étude menée par l'entreprise McAfee, spécialisée dans la sécurité informatique, le New York magazine explique que 49% des Américains ont déjà pratiqué le sexting, et donc envoyé des SMS suggestifs, voire carrément des photos de leurs parties intimes. Avec la multiplication des applis de rencontre (de Tinder à Bumble) ou d'envoi de photos éphémères comme Snapchat, la pratique s'est répandue.


Le magazine américain est donc allé interroger des hommes pour comprendre pourquoi ils envoyaient des photos de leur pénis (des dick pics, en anglais). Parmi les raisons invoquées: la beauté de leur sexe, l'excitation sexuelle, pour montrer leur confiance en eux à leur partenaire, parce que leur partenaire le demande... D'autres estiment que c'est la seule réponse appropriée à une photo de seins (ou d'un autre pénis), mais surtout que c'est l'un des moyens efficace de s'assurer d'avoir des relations sexuelles plus tard et que c'est la façon la plus facile de faire basculer la discussion. L'un des hommes interrogé explique tout de même que la seule photo de son sexe qu'il a envoyée, c'était lorsqu'il avait 18 ans: il voulait avoir des retours sur la forme de son pénis.


"A quel moment un truc aussi bizarre est-il devenu la norme ?" Dans ce sketch (lien en anglais), le comédien américain Aziz Ansari s'interroge : pourquoi donc les hommes partagent-ils des photos de leur sexe ? Il y a trente ans, ces messieurs auraient-ils pris la peine d'aller faire développer des photos de leur pénis pour les distribuer à leurs potentielles conquêtes comme autant de cartes de visite ? Peu probable. Pourtant, les sextos (textos érotiques) accompagnés de photos sont entrés dans les mœurs. Avec des conséquences parfois catastrophiques.


En Virginie (Etats-Unis), un adolescent de 17 ans qui avait envoyé une vidéo de ses attributs à sa petite amie de 15 ans s'est retrouvé accusé de production de pornographie infantile, indiquions-nous jeudi 10 juillet. En 2009 déjà, Slate se faisait l'écho du suicide de deux adolescentes, âgées de 13 et 18 ans, humiliées par la diffusion dans leurs écoles respectives de photos intimes qu'elles avaient envoyées de leur plein gré à un garçon. Excitants, drôles, tue-l'amour, inoffensifs ou tragiques, les sextos ? Si exhibo-connectée soit elle, la société s'interroge encore sur cette pratique née de la rencontre de la technologie et de notre passion pour le sexe. Alors, faut-il encadrer les sextos ? (Comprendre "établir des règles" et non "imprimer la photo pour en faire une Marie-Louise", auquel cas la réponse est : "Non. En aucun cas !")


Comme dans la vraie vie, le fait de solliciter sexuellement un mineur est puni par la loi. Mais lorsque l'échange se fait entre adolescents, quels risques encourent-ils ? Aux Etats-Unis, l'histoire de ce jeune homme de 17 ans accusé de production de pornographie infantile, en Virginie, a suscité une vive émotion. Son méfait : avoir envoyé, en réponse à une photo de sa petite amie de 15 ans, une vidéo explicite (le sexe en érection, champion toute catégorie de l'explicite). Selon la loi américaine, il s'est donc lui-même mis en scène dans un contenu pédopornographique avant de le partager, risquant d'être répertorié à vie dans le fichier des délinquants sexuels.


About

Welcome to the group! You can connect with other members, ge...

Brothers

Group Page: Groups_SingleGroup
bottom of page